Tout l’été, j’ai profité du silence. Pas n’importe quel silence. Certes celui des montagnes, ou de la nuit qui tombe, des oiseaux qui se taisent après avoir organisé leur nid, du bruit de la ville qui s’éteint après une belle journée passée dans les vagues mais aussi d’un autre silence bien plus étrange et inconnu : le silence interne. Celui que l’on décide, celui qui semble si difficile à atteindre dans nos vies exaltées.

Pas si simple d’éteindre et portable, et ordinateur et télévision et radio pour accepter d’entendre les battements de son cœur.

Les premières heures sont édifiantes et puis petit à petit, on s’habitue. Je dirais même que l’on recherche, et savoure ces moments inédits.

En me promenant (la marche est une excellente méthode pour être à soi et en soi), je tombais sur une librairie et un livre : Quelques grammes de silence. Résistez aux bruits du monde ! de l’auteur et explorateur norvégien Erling Kagge.

Point de hasard ! Je l’ai dévoré ! Pas l’auteur… le livre… L… ivre.

Ivre de bonheur, Erling Kagge non seulement confirmait mon ressenti mais m’incitait à le poursuivre, à aller encore plus loin dans mes sensations de silence. Ce que j’apprenais c’est que je pouvais être seule au milieu de tous, que je savais m’abstraire du monde et que je le faisais sans m’en rendre compte et surtout qu’il était bon et judicieux de le faire !

Voici ce qu’il écrit :

« S’abstraire du monde ne veut pas dire tourner le dos à ce qui nous entoure, au contraire c’est voir le monde avec davantage d’acuité, garder le cap et apprécier la vie. »

Et encore :

« Le silence peut surgir n’importe où et n’importe quand, juste sous ton nez. Je le crée moi-même quand je monte un escalier, prépare le repas, ou me concentre sur ma respiration. Oui, nous faisons tous partie d’un continent, mais nous ne devons jamais oublier que nous avons le potentiel pour être notre propre île déserte. »

Chères lectrices, chers lecteurs, pardonnez mon silence de ce très long et magnifique été…

Une pensée sur « J’ai profité du silence. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *